27 juillet 2016

Bertrand Boissard

Dans la mémoire des mélomanes, il demeure cet artiste apte à soulever de terre chaque partition et à amener l’auditeur à accéder à une sorte d’infini. Son romantisme forcené — qui lui interdisait de toucher à des ouvrages trop « modernes » —, d’un autre temps, a contribué à en faire un des musiciens les plus inspirés et sensibles du XXe siècle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *